Pour le commun des mortels, les plantes ne représentent qu’une ornementation pour enjoliver nos espaces.  Mais servent-elles uniquement à cela ? Pour répondre à cette question, permettez-nous  de vous faire voyager dans le monde implacable de l’industrie pharmaceutique pour n’en citer que celle-ci. 

La liste des ingrédients nocifs pour la santé humaine ne  fait que s’accroitre, à tout cela s’ajoute les produits phytosanitaires (pesticide) dont les modalités d’épandage mal encadré a poussé les pouvoirs publics à tirer la sonnette d’alarme. Selon l’Institut Français de l’Environnement (IFEN) 96 % des rivières et 61 % des nappes souterraines sont contaminées, il faudra jusqu’à 30 ans pour que les sols éliminent ces infiltrations.

Un constat alarmant, je vous l’accorde et donc pour pallier à cela, la Division Santé a proposé un projet de recherche sur l’étude des Plantes aromatiques et Médicinales Endémiques Algériennes de la région de l’Ahaggar.  Ce projet est divisé en plusieurs étapes :

Côté Recherche

  • Elaboration d’un fascicule sur les plantes Endémiques Algériennes.
  • Etablir la carte d’identité des huiles essentielles en se basant sur son chimiotype.
  • Cartographier la répartition des Plantes Endémiques Algériennes en fonction du sol (calcaire, acide etc.) et du climat (aride, humide, sec etc.).  
  • Identification des propriétés anti-oxydantes, antimicrobiennes et anticellulaires des extraits végétaux.
  • Identification structurale des molécules biologiquement active.
  • Evaluation des activités biologique in vivo et in vitro.

 

Côté Analytique

 

  • Authentification des huiles essentielles par  la recherche d’éventuelles falsifications ou fraudes.
  • Améliorer les techniques de dosage des allergènes.
  • Analyse toxicologique des huiles essentielles.
  • Evaluation des critères de qualité des huiles essentielles et les produits dérivés dont ils sont issus.

 

Côté Valorisation

 

  • Préparation de produits pharmaceutiques à base de plantes.
  • Préparation de biopesticide à base de produits naturels (répulsifs naturels).
  • Préparation de formulation à base de conservateurs (additifs alimentaire).

 

Retombées économiques

  • Proposer aux industries agroalimentaires et pharmaceutiques les produits innovants.
  • Etablir conjointement les dossiers techniques de ces préparations pour l’autorisation de mise sur le marché.
  • Valorisation des produits de la recherche par le dépôt de brevet
  • Vulgarisation des produits de la recherche à travers la préparation de journées portes ouvertes.
  • Valorisation des résultats préliminaires par des publications.
  • Formation des chercheurs dans le domaine de l’analyse toxicologique et des allergènes.
  • Formation des chercheurs dans le domaine de l’authentification et de la fraude.
  • Elaboration de monographies pour prestations de service.
  • Etablir un dossier technique adressé au Ministère de l’agriculture et du développement rural pour l’octroi de parcelle  de terrain pour la culture maraichère des plantes sélectionnées ayant des propriétés curatives.
  • Elaboration de normes après validation.
  • Développer, valoriser  et commercialiser les produits naturels.
  • Accompagnement dans la mise en place d’une start-up dédiée aux produits naturels pour le site et/ou la plateforme technologique de Sidi-Abdellah.

 

Les conventions signées avec la Malaisie (Institute of Bioproduct  Development, Universiti Teknologi Malaysia), la Jordanie (Jordan University of Science and Technology (JUST) et la Faculté de médecine, Université Benyoucef Benkkheda d’Alger  et l’Office National du Parc Culturel de l’Ahaggar a permis de s’enrichir les acteurs potentiels dans ce projet de recherche.

 

Leur accompagnement consiste à mener conjointement des recherches dans les domaines de la biotechnologie et de la durabilité comme le développement de nouveaux matériaux biorenouvelables  et bioprocédés, de développer conjointement  des programmes de formation internationaux, de développement des produits sur la base  d’études effectuées  sur la pharmacie physique, la caractérisation des poudres, de pré-formulation, formulation et études pharmacocinétiques et enfin la réalisation d’études précliniques.

Concrètement sur le Plan économique, ce projet sur les plantes peut aboutir à la:

  • Mise en place d’une  start-up en sollicitant les agences thématiques de l’état pour la subvention et l’encadrement de ce type de projet. Un modèle qui a grandement fait ses preuves à l’exemple  de l’Institut  Européen des Antioxydants (IEA).
  • Mise sur le marché de nouveaux ATB antibiotiques contre les formes résistantes de Bactéries pour les quelles bon nombre de personnes sont hospitalisés chaque année.
  • La plateforme technologique de Sidi-Abdellah pourrait abriter le prochain pourvoyeur des extraits végétaux (huiles essentielles) avec une restructuration de la filière depuis  la cueillette à l’obtention d’un standard de qualité international en passant par les innovations technologiques illustrés par des technologies d’extractions modernes, une reconnaissance des produits naturels et une labellisation des produits du terroir (cosmétiques, parapharmaceutique et pourquoi pas médicales).